La guipure du Puy

Publié par Alexis Faja le

La guipure du Puy

Larousse indique dans son grand dictionnaire de 1900 que la guipure (rad. guiper) est une sorte de dentelle de fil ou de soie à larges mailles sans fond.
On y précise que le nom de guipure du Puy s’applique spécialement à une dentelle aux fuseaux faite en soie noire ou en laine.

Dans son livre « La dentelle » (édité en 1875), Joseph Seguin écrit que la guipure inspirée du style gothique, aux formes géométriques et répétitives ou à base de fleurie était utilisée comme frises et se posait en bordure du vêtement.

Au XIXe siècle, les dentelliers du Puy se sont emparés de la guipure, assez rustique, pour la retravailler et l’adapter à la mode.
Cet effort de création et d’adaptation est dû principalement à Théodore Falcon, important dentellier du Puy-en-Velay.

La guipure du Puy

Tout au long du XIXe la guipure est modifiée pour l’adapter à la mode.

Le dessin dentellier est construit et développé en hauteur pour composer un décor complet qui s’adapte parfaitement aux grands volants, châles, étoles ou bas d’aubes de l’époque.
Le dessin est divisé en autant de bandes qu’il est nécessaire pour atteindre la hauteur voulue. Ces bandes de dentelles sont ensuite rapprochées par les « mêles » (mailles du bord composées d’un seul fil) cousues face à face par un point de raccroc fait à l’aiguille qui fait office d’un second fil.
Cette technique est également utilisée dès les années 1830 pour les dentelles de Caen ou de Chantilly.

La guipure du Puy

Le fractionnement du dessin offre, en plus d’un gain de temps appréciable, la possibilité d’imaginer des dentelles de plus en plus construites et riches.

Il permet aussi d’utiliser et de créer une grande variété de fonds, de points et de motifs. Les brides participent à la mise en valeur du décor et construisent un cadre dans lequel il s’épanouit.

À l’origine dentelle de soie, elle se confectionne aussi en laine, en fil de lin blanc ou de coton de couleur.

La guipure, dentelle à fils continus, tout en étant intemporelle est aussi d’un grand modernisme par ses formes épurées.

 LA guipure du Puy

Dans "le guide pratique de la guipure du Puy, bases et perfectionnement", nous vous proposons, des guipures linéaires simples construites avec les premiers points de base : grille, mat ou toilé, pied, point d’esprit et grain d’orge.

Ces modèles sont beaux par la pureté de leurs lignes, le dépouillement de leur décor gothique voire monastique, l’harmonie de leurs cadences qui s’inscrivent dans l’espace comme les arcades d’un cloître.

Ces 50 modèles réunis, datant de la fin du XIXe siècle et échantillonnés par Natalie Hubert, font de ce titre un indispensable de la bibliothèque dentellière.

Je remercie Mick Fouriscot et Nathalie Hubert de m’avoir donné la possibilité de publier cet ouvrage et de défendre une partie du patrimoine français.

Retrouvez l'histoire, les techniques et 50 modèles de guipure du Puy dans :

La guipure du Puy, bases et perfectionnement.

La guipure du Puy

Alexis


Partager ce message



Message plus récent →

x